En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation simplifiée et la réalisation de statistiques de visites. Politique de confidentialité en bas de page. En savoir plus.

Porteur du projet

Le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) a été déclaré lauréat de l’appel à projet CILB-ITTECOP-FRB pour la réalisation d’une revue systématique, avec le projet COHNECS-IT.

Logo_MNHN-SPN-gauche-transparent

 

COHNECS-IT est l’acronyme de « COnnectivité longitudinale et potentiel d’Habitat des dépendances vertes en fonction de leur Nature, des Espèces et du Contexte : une revue Systématique sur les Infrastructures de Transport ».

 

Le projet COHNECS-IT est piloté par le Service du Patrimoine Naturel (SPN) du MNHN, avec un appui scientifique du Centre d’Écologie et de Sciences de la COnservation (CESCO) du MNHN.

 

Plusieurs structures partenaires participent également au projet, comme l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea) et le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA). => Voir la sous-rubrique “Équipe” pour plus d’information

 

> Le SPN :

 

A travers son activité d’étude et d’expertise sur la biodiversité (faune, flore et habitat) et la géodiversité françaises (terre, mer, métropole et outre-mer), le SPN a pour mission de fournir un appui scientifique aux décideurs, français et internationaux, publics ou privés, afin de mieux connaître notre patrimoine naturel, pour in fine, favoriser sa préservation. Il œuvre aussi auprès du grand public, notamment par la mise à disposition d’information sur la nature (Inventaire national du patrimoine naturel (INPN)).

 

Les différentes missions du SPN sont :

– l’élaboration, la conduite ou l’accompagnement scientifique de grands programmes de protection de la nature (liste rouge nationale, Natura 2000, ZNIEFF, Trame verte et bleue, etc.),

– la caractérisation de l’état de conservation d’espèces, d’habitats ou d’écosystèmes et l’évaluation de l’impact de nouveaux projets,

– le développement d’indicateurs et la conception d’outils de collecte et de gestion de données de référence (INPN, référentiel taxonomique TAXREF, etc.),

– la synthèse et la diffusion de connaissances sur le patrimoine naturel (publications, téléchargements, service web, cartes, site internet, etc.).

 

Le transfert de connaissances de la recherche vers les gestionnaires est ainsi précisément au cœur des missions du SPN. Pour cette raison, le SPN a souhaité saisir l’occasion de cet appel à projet CILB-ITTECOP-FRB pour renforcer ses compétences méthodologiques en expérimentant l’exercice des revues systématiques, nouveau en France dans le domaine écologique. Le SPN développe par ailleurs depuis plusieurs années une expertise spécifiquement sur les infrastructures linéaires de transport et la connectivité, via sa participation au Centre de ressources Trame Verte et Bleue. Le projet COHNECS-IT est donc à la fois une opportunité pour valoriser et approfondir ses connaissances sur ce sujet.

 

> Le CESCO :

 

Le CESCO (Centre d’Ecologie et des Sciences de la COnservation) est une unité mixte de recherche MNHN-CNRS-UPMC (ancienne dénomination CERSP). A partir d’un cœur de recherche fondamentale et finalisée, le CESCO souhaite répondre aux attentes sociétales en biodiversité au travers de ses deux équipes (Bases Ecologiques de la Conservation et Socio-EcoSystèmes) et de ses deux plateformes (Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux et Vigie-Nature).

Ses objectifs majeurs sont de progresser dans la caractérisation et la compréhension de la dynamique des espèces menacées, du fonctionnement des écosystèmes, des dynamiques spatio-temporelles de groupes majeurs, et de déplacer les frontières de la connaissance des socio-écosystèmes pour favoriser la conservation de la biodiversité dans un souci de réconciliation avec les dynamiques socio-économiques.

Les chercheurs et enseignants-chercheurs du CESCO s’intéressent notamment depuis plusieurs années aux impacts des aménagements industriels sur la biodiversité et à l’aménagement du territoire (pratiques de coexistence entre cultures, services de régulation de la biodiversité envers les bioagresseurs, etc.). Le CESCO est également impliqué dans plusieurs projets de recherche sur la connectivité, visant à appuyer scientifiquement la mise en place de la TVB.